Pleurésie – Maladies Symptômes chevaux

Pleurésie - Maladies Symptômes chevaux

Quels sont les signes d’une pleurésie ?

Quels sont les signes d'une pleurésie ?

La pneumonie, la tuberculose, certaines infections virales ou d’autres infections pulmonaires peuvent provoquer une inflammation de la membrane pleurale conduisant à cette affection. Ceci pourrait vous intéresser : Cheval Pleurésie. Des facteurs environnementaux tels que la poussière d’amiante peuvent également provoquer une pleurésie.

Le traitement mis en place par l’équipe médicale dépend de la cause de la pleurésie. Ainsi, un traitement antibiotique, anticancéreux ou diurétique peut être prescrit. Pour limiter la douleur, un traitement antalgique, des pansements mammaires ou un drainage du liquide pleural peuvent être recommandés.

Les principaux symptômes de la pleurésie sont une douleur thoracique sévère, une toux, généralement déclenchée par un changement de position et des difficultés respiratoires.

Il n’y a pas de limites arbitraires sur la quantité de liquide qui peut être éliminée (1). Le drainage liquide peut être poursuivi jusqu’à ce que l’épanchement soit drainé ou que le patient développe une sensation d’oppression dans la poitrine, une douleur thoracique ou une forte toux.

Sur le même sujet

Comment se soigne une pleurésie ?

La pneumonie, la tuberculose, certaines infections virales ou d’autres infections pulmonaires peuvent provoquer une inflammation de la membrane pleurale conduisant à cette affection. Sur le même sujet : Cheval Coliques. Des facteurs environnementaux tels que la poussière d’amiante peuvent également provoquer une pleurésie.

Il n’y a pas de limites arbitraires sur la quantité de liquide qui peut être éliminée (1). Le drainage liquide peut être poursuivi jusqu’à ce que l’épanchement soit drainé ou que le patient développe une sensation d’oppression dans la poitrine, une douleur thoracique ou une forte toux.

Pleurésie d’origine tuberculeuse. Chaque fois qu’un malade tousse, éternue ou parle, il jette le bacille tuberculeux en l’air. S’il ne concerne que la plèvre et non les voies respiratoires, le patient n’est pas contagieux.

Le traitement repose sur l’évacuation des points, le drainage et l’aspiration, l’antibiothérapie, la kinésithérapie respiratoire pour prévenir la pachypleurite, lésion inflammatoire de la plèvre dont la membrane est épaissie.

Comment on attrape une pleurésie ?

Le traitement mis en place par l’équipe médicale dépend de la cause de la pleurésie. Ainsi, un traitement antibiotique, anticancéreux ou diurétique peut être prescrit. Lire aussi : Emphysème – Maladies Symptômes chevaux. Pour limiter la douleur, un traitement antalgique, des pansements mammaires ou un drainage du liquide pleural peuvent être recommandés.

Dans la plupart des cas, la pleurésie survient à la suite d’une infection virale telle que la grippe ou d’une infection bactérienne telle que la pneumonie.

Pleurésie d’origine tuberculeuse. Chaque fois qu’un malade tousse, éternue ou parle, il jette le bacille tuberculeux en l’air. S’il ne concerne que la plèvre et non les voies respiratoires, le patient n’est pas contagieux.

Il n’y a pas de limites arbitraires sur la quantité de liquide qui peut être éliminée (1). Le drainage liquide peut être poursuivi jusqu’à ce que l’épanchement soit drainé ou que le patient développe une sensation d’oppression dans la poitrine, une douleur thoracique ou une forte toux.

Quelle maladie peut avoir un cheval ?

Quelles sont les principales maladies infectieuses chez les chevaux ? Lire aussi : Cheval Emphysème.

  • Étranglements, grippe et rhinopneumonie (problèmes respiratoires);
  • Anémie infectieuse et artérite virale (maladies courantes);
  • Teigne, crânes et poux (maladies parasitaires);
  • Verrues (au moins celles d’origine virale);

Fièvre aphteuse : Cette maladie n’affecte ni les chevaux, ni les humains, ni les chiens, mais peut être vectrice.

Le coup de sang nécessite un repos complet de votre cheval. Dans les cas graves, un traitement anti-inflammatoire et relaxant prescrit par un vétérinaire est indispensable.

Une alimentation trop concentrée, du stress ou de la malnutrition, en particulier chez les jeunes chevaux, peut être à l’origine d’une faiblesse gastrique. Elles entraînent entre autres une perte de poids avec perte d’appétit mais aussi des coliques chroniques et une salivation parfois très importante.